Une hirondelle ne fait pas le printemps !

Un proverbe vérifié!

Depuis le début du mois d’avril, les hirondelles sont de retour dans nos montagnes. Cette année, nous avons bien pu vérifier l’adage : « une hirondelle ne fait pas le printemps ».En effet, cela fait 3 semaines que les températures ne sont pas dignes de la saison.

A l’abri dans son nid.

Malgré ce temps, les hirondelles restent sur place. Les premiers jours, elles sortent peu, juste le temps de se nourrir, puis rentrent à l’abri, dans leur nid. Rappelons qu’il s’agit là d’un cas particulier, les oiseaux du jardin ne font leur nid que pour élever les jeunes. Ce n’est pas leur maison, mais la nurserie. Lorsque les jeunes sont élevés, le nid est délaissé.

A cette époque de l’année, l’hirondelle passe le plus clair de son temps au nid

le troglodyte mignon : l’autre exception.

j’entends déjà les plus fidèles lecteurs des petites chroniques naturalistes me dirent, « et le troglodyte ? ». Oui ! c’est la deuxième exception qui confirme la règle. Le troglodyte mignon passe toutes les nuits d’hivers dans des abris, ses anciens nids, des nichoirs, un abri de jardin…, parfois à plusieurs. Il faut dire que la déperdition de chaleur quand on est le 3ième plus petit oiseau de France est énorme, alors on se tient chaud comme on peut !

Le troglodyte utilise un gîte nocturne tous les soirs de l’hiver pour se protéger du froid.

Hirondelle arrivée, mangeoire déjà remisée

Revenons à nos hirondelles. Exclusivement insectivores, elles trouvent donc de quoi se nourrir sans problème depuis 3 semaines. Pour ceux qui continuent de nourrir les oiseaux à la mangeoire, pensant que les insectes ne sont pas sortis à cause du froid, l’hirondelle est la preuve que si. En plus, bon nombre d’oiseaux se nourrissent de fleurs à cette époque de l’année. Riche en sucre (le nectar) et protéines (les grains de pollen), cela permet de bien démarrer la saison.

Ce n’est pas moi qui le dit, mais l’hirondelle : les insectes sont là, rangez vos mangeoires!

Une arrivée échelonnée

Les hirondelles sont là. 1, 3, 5, puis une petite dizaine à ce jour. Notre colonie comportant 18 nids doit logiquement commencer la saison avec 36 individus. Je sais pertinemment que leur arrivée est échelonnée, mais j’angoisse toujours un peu de ne pas voir arriver les dernières.

Une deuxième excuse pour rester au nid!

Les hirondelles reviennent souvent à leur colonie d’origine, mais pas forcément au même nid. Premier arrivé, premier servi. Ce sont les mâles qui arrivent en premier, et qui défendent donc leur territoire face à leurs congénères. Chez l’hirondelle de fenêtre, espèce vivant en colonie, le territoire s’arrête à la porte du nid. Consciente du dicton : « qui va à la chasse perd sa place », l’hirondelle se trouve donc une deuxième excuse pour rester cloitrée dans son nid une partie de la journée.

Un territoire minuscule à défendre