Un nichoir, pour quoi faire?

Certains esprits chagrins me demandent parfois pourquoi faire des nichoirs pour les oiseaux? Ne sont-ils pas capables de les faire seuls ? Ne serait-ce pas de l’assistanat? Eh bien pas tout à fait Laurent…

Des auto constructeurs, sans doute…

Tout d’abord, je souris à cette question, et me demande combien d’entre eux sont des auto-constructeurs. Très peu sans doute, ils ont donc, eux aussi, eu besoin d’aide extérieure pour leur propre habitat… Passons…

Ensuite, je leur réponds que bon nombre d’oiseaux continue de construire leur nid, le problème, c’est qu’ils ne trouvent plus guère de lieux où les installer.

les espèces cavicoles

Les espèces cavicoles qui nichent à l’origine dans des trous d’arbres, n’en trouvent plus guère d’assez vieux pour offrir un logement digne à leurs  futurs oisillons. Aujourd’hui, sous couvert de sécurité, tout arbre malade, vieux, en bonne santé mais creux, sont considérés comme dangereux, parfois à tort, et sont donc supprimés. Les oiseaux concernés sont les mésanges bleue et charbonnière, le troglodyte mignon, la sitelle torchepot…

les espèces semi-cavicoles

La situation n’est pas meilleure pour les espèces dites semi-cavicoles. Il s’agit du rouge gorge, de la bergeronnette grise, du rouge queue noir et son cousin le rouge queue à front blanc surnommé, à bon escient, rossignol des murailles.

Ces oiseaux nichent naturellement dans de petites cavités relativement ouvertes des falaises. Elles se sont également adaptées à l’habitat humain, qui ressemble à une falaise miniature. Une pierre descellée, un joint qui s’effrite, laissent parfois place à des cavités idéales. Aujourd’hui, sous couvert de « propreté », tout doit être parfait : rien ne doit dépasser, tous les trous sont bouchés, tout doit briller et être parfaitement lisse. Le diktat de la maison parfaite, image du propriétaire, rend nos habitations stériles.

Cas particulier : exemple de l’hirondelle de fenêtre

Pour l’hirondelle, c’est autre chose, il s’agit bien là, de faire un nid artificiel à sa place. Les maisons sur lesquelles elle peut s’ installer ne manque pas. Alors pourquoi leur faire un nichoir ? 

  1. Pour lui faire gagner 15 jours, et peut être une nichée de plus renforçant les populations en déclin…
  • Virtuose dans les airs, elle est vulnérable au sol lors de la récolte de la boue. Ses multiples allers-retours laissent le temps aux prédateurs comme le chat, d’échafauder une stratégie d’attaque, laissant peu d chance à l’hirondelle.
  • Pour accroître le nombre de sites de nidification prêts à les accueillir, première cause de disparition. Eh oui, les maisons ne manquent pas, mais pour la plupart d’entre nous, le crépi doit rester nickel… Poser un nichoir, c’est donc déclarer votre maison « hirondelle friendly ».
Double nichoir à hirondelle de fenêtre

S’émerveiller pour mieux choyer

Enfin, dans une société qui courre à sa perte, comme nous courrons après le temps, s’évader régulièrement dans la nature est bien trop rare.… Accueillir la biodiversité, c’est permettre à la nature de venir à nous, d’égayer notre quotidien. Sortir sur le palier, regarder par la fenêtre, tous les prétextes sont bons pour s’émerveiller et comprendre…  C’est aussi prendre conscience que nous faisons partie d’un tout, que nous sommes de simple « colocaterre » sur cette belle planète et qu’il est urgent de la choyer comme il se doit.