La corneille et l’enclume

Avez-vous déjà observé la corneille noire en train d’ouvrir une noix pour en manger le contenu? Repérez un noyer en bord de route, et lorsque vous voyez une corneille s’afférer à son pied, ouvrez l’œil, le spectacle va commencer…

Le vol des corneilles

Projeter une noix « à hauteur de corneille » n’est bien sûr pas suffisant pour casser sa coquille assez résistante. La corneille va donc la prendre dans son bec, s’élever au-dessus de la route à 8 ou 10 m de haut et la laisser tomber sur le goudron. C’est parfois suffisant, mais pas toujours…

« Qu’à cela ne tienne », notre corneille a plus d’un tour dans sa besace. Et c’est là que vous allez assister au clou du spectacle. La corneille s’élève au-dessus de la route à 8 ou 10m de haut et se laisse tomber en piquer sur le goudron, la noix bien calée dans le bec . A moins d’un mètre du sol, elle lâche prise, et effectue un demi tour spectaculaire pour éviter le crash avec l’asphalte.

La vitesse ainsi donné à la noix laisse peu de chance à sa coquille et permet à la corneille d’accéder au précieux sésame.

Ouvrez l’œil, il est encore possible de faire cette observation, il reste encore quelques noix, ça et là…